Je pense que les livres sont vraiment importants pour l’identité nationale d’un pays. Dans notre cas au Québec, notre identité nationale est très importante car sinon personne ne la protégera. Voici quelques livres et textes que je recommande à quiconque sur l’histoire du Québec et sur son identité distincte du reste du Canada.

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Automne-manche_d%27%C3%A9p%C3%A9e_592K_-2.jpg

De temps en temps, vous rappelez un livre que vous parcourez avec son manteau. Par l’action d’un personnage. Il y a des occasions où vous ne pouvez pas vous souvenir du titre ou de l’auteur.
Je suis certain que vous avez eu la tête froide en essayant de garder à l’esprit ce livre que vous adoriez lire. Nous a tout influencé. Si vous êtes un passionné de livres de tout genre, attendez-vous à consulter (ou à demander) une requête de This Kind tous les jours:


La création de ce Mouvement Souveraineté-Association (MSA) en 1967 par René Lévesque (1922-1987) donna à la notion de liberté du Québec une plus grande visibilité et lui permit de mieux se faire connaître sur la scène politique. Certains candidats avaient couru mais sans aucun succès. Parmi les ministres du cabinet de Jean Lesage, Lévesque a été une figure populaire. Les nationalistes modérés ont été rassurés par son choix d’agir dans le sens de la liberté du Québec. La MSA a réclamé la liberté du Québec accompagné d’une association économique. Le RIN, qui n’a pas abouti à un accord, s’est échoué et le PQ a été réuni par presque tous ses membres. Cela a marqué le début d’une étape d’unité en raison de son mouvement d’autonomie qu’est le Québec.


La question de la position du Québec en tant que pays fait depuis longtemps l’objet de discussions. Depuis la Confédération canadienne en 1867, on a beaucoup parlé de son emplacement au Canada et dans les années à venir, tant du Canada anglais que des nationalistes français du Canada avec des visions de la nation. Ce n’était pas l’idée qui s’imposait, bien que des propositions de liberté aient fait surface de temps en temps.


La liberté du Québec n’a pas été considérablement accrue dans l’effort, mais les conséquences de ces nouveaux systèmes de vote garantissent sa réapparition.


Le problème du séparatisme semblait périr, mais c’est le caractère du nationalisme québécois: il meurt, il devient simplement nécessaire de prendre un moment. Bien que cette élection au Québec ne soit pas décrite par pratiquement personne dans ces conditions, les libéraux du premier ministre Philippe Couillard semblent être à peu près égaux à 30% avec la CAQ ambiguë abandonnée moyenne de François Legault. Legault était un séparatiste infiltré et n’a pas renoncé à cette opinion (avec son épouse, Isabelle Brais, estime que le Canada anglais n’a pas de culture et ne devrait pas avoir de statut au Québec). Même le parti libéral du Québec est une coalition véritablement libérale-conservatrice. Il a dominé efficacement mais est devenu un régime de plus en plus bizarre et obsédé. Une fois qu’il conserve une grande partie de l’appui des non-Français, il n’obtient actuellement que 17% de son vote québécois.